In trying to write this blog in English I hope finally able to start jabber a few words in this language. I will mobilise various tools for that my text be in accordance with the rules of grammar and spelling. Thanks for your corrections and comments.

Monday, December 29, 2008

Subtitle - Belle journée pour aller nager






167 comments:

doreus said...

That sure does not look like the Lacus Lemanus at this time of the year...

Momo said...

Yes, and today, as there were snow, after the bathing (water at 4 degrées), I heared on the sidewalk a man who said ironically at his friends something like : "Nice day for a swim". Everybody laughed, and I too.

doreus said...

Good! That's the attitude!

Momo said...

Yeah !

Marilyn said...

De verdad te bañas con este frio? Y en tu tierra debe ser peor... brrr...brrrr...

Momo said...

Si, Marilyn, de verdad, y el asunto es que me encanta !

No le veo solo un interes terapeutico, sino tambien una dimension filosofica y metafisica.

Un abraso afectuoso

krn said...

Today is the coldest day but there is no snow. Stars shine as diamonds.

krn said...

Metaphysics, yes, but philosophic?

Momo said...

The sun shined today at Geneva, but the wind was very cold.

krn said...

Where does the wind come from ? Does it come from the lake ?

Momo said...

Actually, I wanted talk about air, krn.

Philosophic because this practice change my relationship with the world, and my way of thinking too.

Indeed, each change of my relationship with the world could be philosophic, because there are news questions and news answers.

As far as I know , and without enter in the details, the thinking and mind don't separated of the body in the antic philosophy (at least, in some schools).

krn said...

About air, Momo ? What do you want to say about it ?

krn said...

Momo, are you more serene since you bathe in this way?

krn said...

Personally, I think, because of the NDE, that the consciousness is only living temporarily in the body.

The energy body which surrounds the physical body does not belong to the consciousness, but she can modify it and so arrive to a healing of wounds, so physical as psychic.

krn said...

Momo, Tell me what you feel, if you want, but I believe that I shall see it only in the morning. The last night was short and the day, very long.
Good night, let's sleep. You must go to bed too.

Momo said...

Good night, krn, see you tomorrow.

Momo said...

Krn, it's possible that what you say regarding consciousness and phisical body is true.

When I saw the dead woman completly open in the morgue I thought the same thing, or rather I didn't able think another thing.

For sure, the body isn't only a meat pile, there is also sacral dimension, I understood that after this terrible experience, where I'm fell in a serious spiritual crisis.

krn said...

Good afternoon, Momo, I was outside and I returned home because it begins to snow.

Momo, You speak here about a very serious subject.

The official thesis is that we are only socialized superior animals, thus which we can arrange as we want some human flesh.
Not only dead flesh, as in the case of organ donations, but also alive flesh, because the abortion is now a common thing.

Momo, before being confronted with this macabre vision, have you ever thought of the duality of human beeing ?

Momo said...

krn, before being confronted with this macabre vision, I was under the sovietic influence of my parents, in other words, I thought that the human body was only and solely a tangible machine. Not knowing where is the truth, I decided that the most important thing is the esthetic and spiritual relationship with the death and the life (in the broadest sense). This is also a erotic question (au sens ou l'entendrai Jeorges Bataille). Anyway, for me, the answer at these questions are in the poetry and in the art, almost never in the science. For my part I think that the bests scientists have always a humble relationship with the life and the death.

krn said...

Momo, why do not you look for the answer in these question in yourself?
What moves you in the poetry and in the art comes from you and not from artists. There is always a deep reason in a passion.

Georges Bataille connected the eroticism with the drive of death. Wonder about these questions means inevitably thinking of the reasons of our presence and the traces of our life.
The real dimension of the art takes its source in the suffering and in the fear. They are both aspects of the same question.

Momo said...

krn, I'm sorry, I don't understood, dites moi ça voir en chrétien, ça me démange trop.

Momo said...

I'm frustrated, the English is still too much dificult...

Momo said...

dis moi, dis moi, dis moi, dis moi, dis moi, ...

krn said...

Georges Bataille a relié l'érotisme à la pulsion de mort. S'interroger au sujet de ces questions nous amène inévitablement à réfléchir sur raisons de notre présence et sur traces tangibles de notre vie.
La dimension réelle de l'art prend sa source dans la souffrance et dans la crainte. Ce sont deux aspects d'une même question.

Ce que j'en dis, Momo, c'est que c'est en toi que tu dois rechercher les raisons de ce qui te touche dans l'art ou dans la poésie.
L'artiste ne livre que sa propre souffrance et sa propre peur.

Je donne un exemple particulièrement criant : Edouard Munch me laissait indifférent jusqu'à ce que je commence à paniquer. Alors "le cri" m'a tiré une véritable crise de larmes.

La vraie passion a toujours une raison, même si on a coutume de les opposer.

krn said...

J'ai écrit tellement vite que j'ai même oublié des articles...
Sur les traces tangibles de notre vie, bien sûr.

N'oublies pas que si tu veux aller plus vite, il y a d'autres moyens de communiquer que le blog.

Momo said...

Je ne veux pas spécialement aller plus vite, krn, dans le cas présent le blog me convient en ceci qu'il me laisse le temps de la réflexion.

Et j'adore le moment ou j'attend ta réponse, cette attente est très stimulante.

D'autre part j'apprécie beaucoup l'idée que n'importe qui, si possible bienveillant, puisse venir se joindre à notre conversation.

De plus, le fait que nos "conversations" soient publiques ça leur procure un cadre et une forme qu'on ne trouve dans aucune autre forme de correspondance, c'est quelque chose de nouveau et d'extremement dynamique (et le fait de le faire en anglais ça force une humilité que je n'aurais pas en français).

What about you ?

Je vais aller manger un morceau, see you later, my dear.

doreus said...

Just snooping in on your conversation... I have nothing to contribute to it, but thought I'd peek in... before I head off to Edmonton.

krn said...

Good evening Doréus, Momo would certainly have liked hearing your opinion on the subject.
Maybe we shall have it later.

Safe journey to Edmonton.

krn said...

The lovers are seized by the intensity of their union but also by the fear of their separation the ultimate horizon of which is the death of the one or the other one.

The poet seizes in us this fear and expresses it poetically. The major subjects of the poetry and the art are generally love and death.

krn said...

The human body is the visible part of the human beeing. The only one who has an existence for the most part of people. That is why its mutilation or its disappearance are tragedies.

"All the person, of the structure of the body in the neatness of the perception is shaped by an internal energy. The genetic inheritance, the family circle, the social conditions, and different the other factors influence us, but we create our life by the particular use of our energy, by the use which we make and the way we manage it. We can choose between the internal fusion or the blocking of our energy, we can choose between the internal fusion or the blocking of our energy, between approach towards the outside world or withdrawal on oneself."

(John Pierrakos, in Core Energetics)

krn said...

I hope you will understand all.
Otherwise (merci Momo) I will translate my comments in "christian language".
So you will adore wait for it...
:-)

Momo said...

I don't like quite my last comment and I apologize.

To dispel any doubt, needless to say that I appreciate also your private messages.

I relapsed, since few days, in my usual slump, I have some worries and I think I did not all my head.

So, sorry !

krn said...

Don't worry, Momo.
I am happy to see you back.

Momo said...

I'm happy to see you too, krn ;-)

krn said...

Momo, I know that it is not easy. You are not alone, we are with you, Doréus and I.
The friendship does not loose courage for so little.

krn said...

Momo, do you want to see the french translation ?

Momo said...

OK :-)

krn said...

Les amants sont saisis par l'intensité de leur union mais aussi par la crainte de leur séparation dont l'horizon ultime est la mort de l'un ou l'autre.

Le poête saisit en nous cette crainte et l'exprime poétiquement. Les thèmes majeurs de la poésie et de l'art en général sont l'amour et la mort.

krn said...

Le corps humain est la partie visible de l'être humain. La seule qui ait une existence pour la plupart des gens. C'est pourquoi sa mutilation ou sa disparition sont des tragédies.

Toute la personne, de la structure du corps à la netteté de la perception est façonnée par une énergie intérieure. L'héritage génétique, le milieu familial, les conditions sociales, et divers autres facteurs nous influencent mais nous créons notre vie par l'utilisation particulière de notre énergie, par l'usage que nous en faisons et la manière dont nous la dirigeons. Nous pouvons choisir entre la fusion interne ou le blocage de notre énergie, entre la démarche vers le monde extérieur ou le repliement sur soi.

(John Pierrakos, Le noyau énergétique de l'être humain)

krn said...

La citation de John Pierrakos ne concerne que le deuxième alinéa.

J'ai le livre ouvert sur les genoux.

Momo said...

Qui est-ce qui disait : "Le bonheur est une invention du diable pour nous désespérer" ?

krn said...

je ne sais pas, Momo, je ne suis d'ailleurs pas du tout d'accord.

Ce soir, j'avais une irrésistible envie de ne pas être sérieuse et je suis justement dans une logique de recherche de bonheur.
:-)

Momo said...

Tu as le livre ouvert sur les genoux ? Mais, mais, mais, mais.... c'est très intéressant ça, krn.... :-)

Je n'aspire pas à me replier sur moi, mais je ressent le besoin d'avoir l'opportunité de reprendre lentement courage après avoir été, pour ainsi dire, coupé du monde durant un temps quasi géologique, et il me semble que ça en prend gentiment le chemin.

Et ce lilivre ouvert sur les gegenoux, krn, est-ce un bon gros et beau livre ? Un vrai livre de chez vrai livre ?

Hohohohooooo !

Momo said...

Oui, c'est bien dit, krn, "être dans une logique de recherche de bonheur", bien dit, ouais....

Quant à moi, je me sens d'humeur un peu pessimiste, et j'ai de bonnes raisons de trouver la phrase susmentionnée plutot apaisante...

Parfois je m'apaise en lisant de Cioran, c'est tout dire, mais lire du Cioran c'est signe que ça ne vas pas du tout.

krn said...

Disons que c'est un petit pavé de 377 pages, une souris ayant entamé les pages de 378 à 382.
Elle a eu le bon goût de ne toucher qu'aux pages du sommaire.

Momo said...

je crois que c'était Flaubert..

krn said...

Cioran ? euh, De l'inconvénient d'être né ?
Quelle idée d'avoir ça chez soi !

les Roumains sont souvent nostalgiques.

Momo said...

Whuahahaha, krn, tu as une qualité rare, tu as le chic de me faire toujours rire !

Momo said...

Nostalgiques et pessimistes, Cioran disait d'eux qu'ils sont des génies stériles.

Momo said...

Quand on traverse des périodes ou l'on se pose des questions dans le genre : est-ce que ça vaut la peine de vivre ? Cioran peut-être très utile... en général il est plutôt réparateur... et apaisant...

krn said...

J'ai connu trois Roumains qui s'ennuyaient en vacances.

Je leur ai donné de l'occupation à chercher un scorpion que j'avais glissé par la fenêtre de leur caravane.

krn said...

Momo, j'espère très sincèrement que tu ne t'es jamais posé la question de savoir si la vie valait d'être vécue.

L'existence est le plus beau cadeau que ta mère t'a donné, même si avec elle t'a aussi donné la souffrance, comme toute les mères.

krn said...

J'aimerais garder cette qualité... te faire rire, toujours.

Momo said...

Il faut au moins avoir lu Cioran pour son style, son français était remarquable et, pourrait-on dire, d'une grande limpidité, ce qui en fait un écrivain très agréable à lire.

Son pessimisme philosophique pouvait être très drôle.

Momo said...

oui, krn, ton livre sur les genoux est une image tellement attachante, je t'adore !

krn said...

Oui, sans doute. Mais en matière de littérature, l'offre est si riche que des choix s'imposent.

Je n'ai plus de place dans mes quatre bibliothèques et c'est un problème.

krn said...

Moi, Momo, c'est quand tu ris que je t'adore.

Momo said...

Désolé d'écrire en french mais, vraiment, je n'ai pas la force today, it's too hard ...

krn said...

Mais tu es seul maître à bord. Je ne me plains pas, j'aime beaucoup le français, et j'ai quand même le privilège d'être justement née dans un pays où on le parle, alors...

De plus, tu l'écris très bien.

Momo said...

Oui, mais j'ai un côté critique et tourmenté qui fait partie de ma personnalité, tout comme un réel pessimisme historique et philosophique.

Ce serait mentir que de dire que je suis un optimiste béat.

Toute une bibliothèque.... Tu aime lire à ce que je vois, comme notre bon Doreus. Mais qu'est-ce que je fais avec cette bande d'intellos, moi ???

Momo said...

Je l'écris bien ? Wow ! Really ?

Momo said...

Hélas, oui, je me suis déjà posé la question de savoir si la vie valait d'être vécue, c'est une période que je préfère ne pas trop évoquer là ....

krn said...

Momo, j'ai été séduite par ta façon d'écrire dès la première ligne de ton profil.
Le reste m'a achevée.

Tu n'as rien à nous envier, ni à moi, ni à Doréus, et crois moi, je suis extrêmement exigente, voire même perfectionniste.

C'est peu dire que de dire que tu écris bien, en fait, tu as des qualités d'écriture peu communes.
Regarde autour de toi et rends-toi compte de ta valeur à nos yeux.

Momo said...

Ho, c'est tellement laborieux, je n'ai pas l'impression que c'est un talent, en fait, ce n'est que du travail.

En fait, j'ai voulu apprendre le français pour me défendre de la méchanceté humaine.

Les mots ont parfois un pouvoir protecteurs immense, un simple mot peut vous sauver du marasme éternel, et vice-versa, hélas.

D'où la nécessité, pour moi, de pouvoir jongler un tant soit peu avec eux.

J'ai appris en lisant mon journal intime d'adolescence que je bégayais, et pour cause, j'ai été forcé de changer de langue tellement de fois, et de toute évidence ce n'est pas fini.

krn said...

Pourquoi ne serait-ce pas fini ? As-tu l'intention de quitter la Suisse pour les Etats-Unis ?

Je vais t'expliquer quelque chose, Momo. Tout à l'heure, j'ai écrit : j'ai une irrésistible envie de ne pas être sérieuse. J'aurais pu écrire : je veux rire.

La différence entre le talent et le travail, c'est l'esprit, et tu as cet esprit.

Je t'estime, je te respecte, je te comprends, et je sais que je ne serais pas déçue de te connaître mieux.

krn said...

C'est la fête des trois.

Momo said...

Hoo, I'm very proud !

Je voulais dire que l'apprentissage de l'anglais n'est pas un caprice pour moi, c'est un outil de connaissance que je dois acquérir coûte que coûte, mais ceci au moment où j'étais - enfin ! - en train d'atteindre une certaine maturité avec le français.

krn said...

Est-ce que les humains sont plus méchants dans les autres langues ?

krn said...

Pourquoi coûte que coûte ?
ça semble tellement impératif quand tu le dis comme ça.

Momo said...

C'est la première fois de ma vie que je peux parler une langue sans passer pour un métèque !!

Momo said...

Oui, les humains sont plus méchant dans les autres langues, les pires blessures, autant que je m'en souviennes, sont d'ordre verbales (les réparties mesquines sont plus faciles à asséner à quelqu'un qui ne maîtrise pas la langue).

Au début était le verbe. Beaucoup de choses sont dites dans ces paroles du premier testatament.

krn said...

Momo, Stop please ! I am serious.
(tiens, ça me rappelle quelque chose)
pourquoi apprendre l'anglais t'est-il d'une impérieuse nécéssité ?

Momo said...

J'ai dit "coûte que coûte" parce-que je n'ai pas trouvé d'autres expressions, et je reconnaît que ça sonne trop impératif.

Momo said...

Je m’en tiendrai à un premier constat, depuis une trentaine d’années il y a de plus en plus d’oeuvres qui tournent principalement autour du langage, la plupart de ces œuvres sont en anglais (c’est peut-être pourquoi je les ai toujours ignorées, pour ne pas dire snobés).

Deuxième constat, autant que j’ai pu m’en rendre compte, l’art contemporain est devenu graduellement un phénomène international dont la langue anglaise est le vecteur et le véhicule.

Sauf à de rares exceptions, les grands musées et institutions artistiques présentent leurs collections, outre la langue locale, en anglais, il en va à peu près de même pour les légendes, les titres, les catalogues d’expositions, les revues d’actualité artistique, sans parler du fait que la plupart des artistes actuels, oeuvrant ou non avec le langage, ont amplement adopté l’anglais dans et autour de leurs œuvres.

Je peux donc me hasarder à penser, sans crainte de trop me tromper, que l’anglais est vraiment au cœur de l’art actuel et même, pourrait-on dire, de la pensée contemporaine, tout comme l’aurait été le latin en d’autres temps.

Mon but n’est pas ici de m’étendre sur l’urgence (somme toute évidente) d’acquérir cette langue, car l’anglais n’est pas pour moi seulement un outil de connaissance et un vecteur d’information, il est également un excitateur de créativité, une nouvelle manière de penser en réactivant des molécules endormies, une manière, en somme, de solliciter mes synapses en entrant dans un nouvel espace mental, une manière, en conclusion, d’aller contre mon père, contre ma mère, contre les névroses, contre le passé, bref : c’est me donner les moyens d’accueillir autre chose.

krn said...

Il est toujours temps de retirer le pied quand on a écrasé les oeufs...

krn said...

Je me rends. Si certains arguments peuvent être sujets à discussion, d'autres en revanche sont souverains.

doreus said...

And here's a little (English-speaking) fly on the wall... snooping on your conversation again!

Momo said...

Je m'intéresse surtout à ceux que tu trouve sujets à discussion.

Quant aux oeufs, te référais-tu au "coût que coûte" ?

Momo said...

Welcome, Doreus !

doreus said...

... and finding it thoroughly interesting...

doreus said...

Momo has accomplished something Patton aspires to do but has not succeeded in doing thus far: she has sued for peace!

doreus said...

I meant KRN has sued for peace, of course...

doreus said...

Momo, reading your messages thus far has left me a little perplexed... because although languages carry with them a culture (or is it the other way around, culture carrying language, I can't say) and types of interaction between people, I cannot agree that people are more or less cruel with words in other languages than in French. All languages have virulent, hurtful words, that some people are willing to use.

Any language acquisition is an enrichment and learning a language for the sake of learning a language should be reason enough. If more people learned more languages (especially in North America) we probably would have more people understanding that different cultures are... indeed... different! And less conflict.

I am willing to translate if you so desire...

krn said...

Sued for peace ?
I pushed Momo in the corner of the ring, to see him defending itself.

doreus said...

And defend he did, right.

Suing for peace was the only expression I could find on the spot... to translate «se rendre». In more common parlance, we would probably say "give up", but in French, that translates to «abandonner» which has a somewhat different meaning.

Momo said...

I think I understood, Doreus.

About this, Roland Barth, said something like : "Le langage est une législation, la langue en est le code. Nous ne voyons pas le pouvoir qui est dans la langue, parce que nous oublions que toute langue est un classement, et que tout classement est oppressif. [...] Parler, et à plus forte raison discourir, ce n'est pas communiquer, comme on le répète trop souvent, c'est assujettir.

krn said...

Pour ce qui se discute, Momo, je dirai en premier lieu que l'art est un langage à part entière. Il n'a pas besoin de l'anglais.

Oui, les anglophones publient bien plus sur l'art que les autres. C'est pour être compris partout. La colonisation et le commerce international ont répandu la langue anglaise sur tous les continents.

C'est un très bel effort de vouloir accéder à une autre langue vivante. Il est vrai que si tout le monde en faisait autant, il y aurait plus de fraternité entre les hommes.

Momo said...

" Tout langage, en tant qu'il est système de valeurs, constitue une idéologie oppressive. Pour Barthes, il n'y a plus de différence entre langage et idéologie, les individus n'ont pas eux-mêmes la liberté de modifier le langage, le langage est donc fasciste."

Momo said...

krn, souvent le titre d'une oeuvre constitue la clef de lecture poétique de l'oeuvre, ne pas pouvoir accéder à cette cléf c'est souvent ne pas accéder à l'oeuvre.

Today I can often understand the titles in the museums, and I feel happy to have a new door of reading.

krn said...

Je pense que tu parles des oeuvres contemporaines ?
Je te soupçonne d'être plus "avant-gardiste" que moi.

doreus said...

Je dois m'inscrire en faux contre Barthes. Sa vision pessimiste donne au langage un pouvoir qu'il n'a pas nécessairement, car le pouvoir de la langue (distingue-t-il langue de langage?) vient de ses utilisateurs.

And language use can be empowering as it can be oppressive. That is more a factor of how it is used than what it is.

doreus said...

What you say about being able to understand, thanks to your new knowledge of English, is great. Knowing a new language opens new doors for you.

I just hope some contemporary artists have better language skills than the excerpt you gave us a few weeks ago...

doreus said...

Sorry... let me rephrase my last sentence: I hope some contemporary artists have better language skills than what was demonstrated in the excerpt you showed a few weeks ago. (How can I criticise other people's use of syntax when I can't use it properly myself!)

doreus said...

swaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

That first line was written by Mr C, who just walked over my keyboard. He's purring madly. I'm happy.

krn said...

Je vais encore mettre un peu mon grain de sel, mais je pense que la langue écrite et la langue parlée sont différentes et n'ont pas les mêmes pouvoirs.

Le son est capital. le son est vibration. Il influence toute la façon de penser d'un peuple. L'écrit n'a pas cette force.

doreus said...

It is indeed the recognition of the special power of spoken language that has made it mandatory for sacramental efficiency...

But it brings the question of the power of sign language... which is where my research interests come to mind...

krn said...

Les mantras en sont la preuve.

Momo, je crois que nous avons fait un grand tour pour revenir au sujet initial.

doreus said...

The written word has also had huge transformative power; it was really at the basis of the Protestant reformation and powered many of the political changes of the Renaissance. Printing did help unify national languages (while at the same time it impoverished them by eliminating local dialects).

krn said...

Doréus, regional languages were forbidden, even spoken.

Momo, was there this problem of the destruction of the local languages by the Castillan in Latin America?

doreus said...

I know, at least in the nineteenth and early twentieth centuries. However, it was a gradual process that started with the "nationalisation" of languages, starting in the Holy Roman Empire... in the sixteenth century. By the nineteenth, it had indeed become oppressive. Sign languages were also victims of that trend.

doreus said...

And the early process started with the need to agree on rules about how to print languages, because printing requires a standard form to be made profitable, something that hand-copied books did not need. This is what I meant by writing contributing to standardising language.

Momo said...

Of course, the language is what people do with it.

In the same way, the radio isn't a bad thing because of Hitler.

But it's not abusive to say that the réthorique est a weapon, and when we are in the situation of word fight (like courts) is better know and to master the vocabulary.

An immigrant will almost always in situation of inferiority in front of bureaucracy of autority.

Momo said...

It's quite Funny ! Monsieur C Write very well.

doreus said...

You are right, Momo, in saying that mastery of language is a necessity if one is not to be overpowered. And that is the case for immigrants, for people who are less skillful language... and that's why we have lawyers, who make money on the back of people who need their rhetorical services.

doreus said...

Time for dinner here. I'm surprised you both are still up. Is December 31 a holiday in France and Switzerland? It is a working day for many people here.

krn said...

Momo, il y a beaucoup de façons de mettre en infériorité quelqu'un, même s'il est dans son pays de naissance.

Les textes de lois rédigés en langage codé sont faits pour que les gens ne puissent pas se défendre, et je ne parle pas de l'équipe médicale qui chuchote des abréviations devant un patient consterné et inquiet de sa propre santé.

Ces professionnels se sont créés artificiellement une supériorité linguistique sur les personnes n'appartenant pas à leur corporation.
Et je peux t'assurer que la plupart des Français ne comprennent pas les méandres des administrations et leurs demandes parfois à la limite du ridicule.

doreus said...

Je seconde.

krn said...

No, Doréus, it is a working day.
I have the phobia to go to sleep.

Momo said...

krn, the castillano had especially put in danger all dialects of Spain.

Before the arrival the Spanich people on America, there were imperialistic between natives.

Et ils n'y allaient pas de main morte non plus.

krn said...

I think that when my nose will fall on my keyboard, tomorrow, it will write a line like the one of Monsieur C...

doreus said...

KRN, éééécouuuuteeee moiiiii..... Tuuuu aaaas les paupièèèèèèères lououououourdes......

Tu veuuuuuux dormiiiiiiiiiirrrrrr...

(Bon, il faut lire ça en m'imaginant en train de faire quelque chose du genre)

doreus said...

I just hope you don't fall asleep at the wheel getting to work!

Momo said...

Doreus are right, good night everybody, I'll go to bed.

doreus said...

Good night, rest well, Momo!

krn said...

Momo, that is a very interesting subject. I shall ask you to keep it for another day, I am afraid I begin to have hallucinations.

I do not know how many hours of sleep I miss, but if we gave me a coin for each, I believe that I would not any more need to work.

krn said...

Good night to both of you, my hansome friends.

doreus said...

Good night, KRN!

doreus said...

I am no wiser than either of you... It's now 3:10 and I am starting the bedtime rituals...

Talk to you tomorrow (actually, later today)!

krn said...

Thank you for the link, Doréus, I saw it only at noon, but I laughed well.

Momo, I have my beloved grand daughter with me. Maybe I shall be less present, or less late, because tomorrow, she will not wait her first breakfast of year 2009.

Momo said...

Don't worry, Krn.

Thank you, Doreus, for the link, I don't knew that Asterix cartoons was different than books.

Happy new year everybody !

krn said...

Have you projects for this evening Momo?
If you remain alone, tell me, I shall come when Léandra will sleep.
I wish you the best year of your life for 2009.
I made a helicopter ASCII on the défouloir by thinking of you.

krn said...

Happy new year for all of us.

Sébastien Moitrot said...

bonne année,

un lien pour toi

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/un-monde-perdu-decouvert-sur-google-earth_17785/

continue ton site !

sebastien

doreus said...

And a happy new year to all!

doreus said...

A friend of mine sent this to me; it was too good not to pass it along:

My Wish for You in 2009

May peace break into your house and may thieves come to steal your
debts. May the pockets of your jeans become a magnet of $100 bills.
May love stick to your face like Vaseline and may laughter assault
your lips! May your clothes smell of success like smoking tires and
may happiness slap you across the face and may your tears be that of
joy. May the problems you had forget your home address! In simple
words . . .

May 2009 be the best year of your life.

doreus said...

Merci pour le lien, Sébastien.

Momo said...

Hello, Sebastien, quelle belle surprise !

Thanks for the link (very interesting) and your encouragements, ça fait vraiment du bien dans les moments de doute.

Happy new years !

krn said...

Thank you for the link, Sébastien.

Doréus, your wishes touch us all closely. I wish you all these good fortunes, these dollars in your pockets and that the doctor does not know either your name or your house.

Momo said...

Hello, Doreus, I do not understood all.

Le mot "May" dans ce contexte signifie t-il "puisse" ? Puisse la paix... puisse l'amour.... etc.... ?

Krn, I saw your helicopter, it's funny.

doreus said...

Tout-à-fait. May a le sens de «puisse» ou «je te souhaite que». C'est un texte plein de pointes humoristiques. Voici un essai de traduction:

Puisse la paix entrer [par effraction] dans ta maison et des voleurs venir s'emparer de tes dettes.
Puissent les poches de tes jeans devenir des aimants à billets de 100 dollars.
Puisse l'amour s'attacher à ton visage comme de la Vaseline et le rire assaillir tes lèvres!
Puissent tes vêtements respirer le succès comme des pneus fumants [à cause d'un départ trop rapide] et puisse le bonheur te frapper au visage et tes larmes être des larmes de joie.
Puissent les problèmes passés oublier ton adresse!
En d'autres mots... puisse 2009 être la meilleure année pour toi!

krn said...

Bravo, Momo, tu as mis le doigt dessus. Ce sont des voeux, et j'ajouterai, puissent-t-ils se réaliser.
May these wishes come true, Momo.

doreus said...

KRN, what happens when one is a doctor? Should I forget my own address? Ahem!

krn said...

Doréus, I'll say medecine men, as the indians call them. So, you cannot pretend not to understand.

doreus said...

:)

krn said...

May Doréus's smiley find his nose in 2009
:~D

doreus said...

Well... that way you know I'm not the redoubtable «homme au nez» about which Boris talks in his blog today!

krn said...

Doréus, we can say that Boris saved you. Well done.

Damned ! it does not remain more that one quarter of an hour and nobody came to invite me to dance and kiss me under the mistletoe.

doreus said...

Oops! I had fallen asleep in my armchair while the new year came to Europe. Happy New Year to you all (we, on the other hand, are still 4½ hours from iti).

So here's a belated Happy New Year kiss!

Momo said...

Happy new year, Doreus !

A half hour after your new year, I hope that you will do a beautiful night, and a very beautiful year.

I went dancing and now I'm a little drunk :-)

Happi new year !!!!!

krn said...

Aaaah ! Momo, your eyes are still opened ? I hope that night was good for you.

krn said...

But you have 5 mn to wait for 2009 in Alberta !

doreus said...

MIDNIGHT!

Happy new year all!

And Momo was so happy he was happi! hi! hi!

krn said...

And we are very happi for him too.

doreus said...

Indeed.

And now that I know that 2009 has safely arrived to Alberta (and by now, all of Canada), I can go to bed.

doreus said...

Momo, tu n'es plus seul!

Ce rituel existe-t-il au lac Léman?

Momo said...

En effet, Doreus, ce rituel existe aussi sur le lac Léman : voir ici

On s'y baigne déguisé, cliquer ici

et ici

Mais, à parler franchement, ces ambiances kermesses ne sont pas trop ma tasse de thé, cette année j'ai été voir comment ça se passait et j'aime autant te dire que ça ne m'a pas donné trop envie d'y participer, trop de bruit, trop de gens, et je ne parle pas pas de l'odeur des saucisses grillées, non, tout cela m'indispose beaucoup.etc... de mon propre avis le fracas du monde sied mal à ce genre d'activité.

Pour moi, l'aspect méditatif, voir même spirituel, prime avant toute chose.

krn said...

Et bien, si je suis vraiment d'accord avec toi sur la façon de faire, je dois reconnaitre que la perspective de me baigner avec une torche sur le casque m'a fait éclater de rire.

krn said...

Vu que mon premier exploit s'est fait nuitamment, ça m'aurait permis de voir autour de moi.

krn said...

Et aussi d'attirer les moustiques.

Momo said...

Whouahahahaha !

krn said...

Et bien c'est exactement la réaction que j'ai eue en ouvrant le lien !

Momo said...

Aujourd'hui, la baignade a été particulièrement agréable, une vieille dame qui vient tous les jours se baigner m'a même félicité, elle m'a dit que je faisais des progrès. I'm proud.

krn said...

Avec ma chance, je me serait fait repérer de la route nationale et ça aurait peut être fini en G.A.V.

krn said...

Il y a des vieilles dames qui se baignent dans cette eau si froide ?
Qu'entendez vous par vieille ?

krn said...

Sorry Momo, j'ai oublié de dire tu, mais c'est l'émotion.

Momo said...

Si je ne suis pas beaucoup porté sur le déguisement, krn, c'est dû à des facteurs biographiques, j'ai toujours vu les carnavals avec les yeux d'un immigré, c'est à dire en spectateurs. Petit, durant le carnaval, je me déguisait en fantôme, c'était le déguisement le moins chère, et le plus anonyme.

Momo said...

Par vieille dame j'entend une dame oscillant entre 80 et 90 ans.

Le croiras-tu, ce sont surtout des personnes qui ne sont plus tout à fait jeunes qui apprécient les bains froids, et ils se portent comme des charmes.

krn said...

Ce sont des personnes qui n'ont pas été confinées à la chaleur.
C'est la raison pour laquelle je te disais de ne pas t'inquiéter pour moi.

Enfant, dans mes montagnes auvergnates, je me baignais dans ce qu'on appelle des "serbes". Ce sont de petites retenues d'eau que l'on fait en aval des sources pour que les bètes viennent y boire sans risquer de trébucher dans les rochers et de se casser les pattes.

L'eau est limpide et toujours à la même température, été comme hiver, une dizaine de degrés.

Pour ce que tu dis du carnaval, je sais de quoi tu parles. Je n'y allais pas parce que ma mère ne faisait pas de déguisement.
Mais je ne m'étendrais pas la dessus ici, en privé peut-être.
J'ai longtemps été "la laissée pour compte" à l'école. Ce sont des souvenirs difficiles.

Momo said...

Laissée pour compte ? J'avais connu ça dans ma famille (un sujet délicat aussi, et complexe).

Tu as décidément des origines paysannes, krn.

C'est charmant !

krn said...

C'est comme si on vivait dans un autre siècle, Momo.
J'ai gardé des vaches, des chèvres, des oies, écrèmé des hectolitres de lait, fabriqué des milliers de ces fromages qu'on appelle "cabécous"
(petit chèvre en patois), fané, lavé l'étable et emballé le beurre pour le vendre au marché et j'en passe.
J'allais, à 6 ans, chercher toute seule le taureau à 1 km de là par le chemin à travers les bois et je le ramenais à la ferme.

Je ne regrette pas, ce qui m'a paru difficile c'est après, à Paris.

Momo said...

Ho, comme c'est beau !

Des oies ?

krn said...

Oui, Momo, des oies toutes blanches que nous ne mangions pas et dont les ailes étaient intactes. Elles volaient.
On m'envoyait les garder dans un pré de l'autre côté de la route mais elles volaient par dessus les clôtures. Je les appelais "Pi-ou pi-ou" et elles revenaient tout près de moi. Le jars m'a pincé plus d'une fois, on l'appelait "pas d'aqui" qui signifie "pas d'ici" en patois, il était arrivé en volant.

Momo said...

Des oies comme ça ?


clic here

Momo said...

Où des oies commes celle-ci ?

krn said...

Plutôt comme la dernière. Elles étaient arrivées ensemble, on les avait nourries et elles étaient entrées dans l'abri des canards. Elles sont restées. Elles nous servaient de gardiennes.

doreus said...

I had forgotten to follow up on my comment... And now I see there was another entire discussion I missed.

Fascinating.

Somehow, I am not surprised by the variety of your past experiences, KRN.

Oh! And I was an outsider when it came to masquerades too... My parents did not allow me to do it, which has left me with a lasting distaste for it.

Momo said...

Doreus, but, I have a souvenir where I saw you quite happy wearing a funny costume of academic ceremony.

Wasn't it a kind of masquerade also ?